Le juste prix des fruits - Rémunération des producteurs et de leurs ouvriers

Rémunération des producteurs et des ouvriers

Equité et redistribution

Structure coopérative, Alimea commercialise les productions de ses adhérents et, déduction faite des frais d’emballage, transport et commercialisation, redistribue intégralement la marge réalisée sur les expéditions. Contrairement à une entreprise commerciale classique, la coopérative n’achète donc pas à un prix convenu à la livraison.

Pour un fruit à tarification unique, par exemple les amandes, tous les coopérateurs sont payés au même prix, quelle que soit la date d’apport, le client destinataire, ceci dans un soucis d’équité entre tous les adhérents. C’est le principe coopératif que nous appliquons strictement.

Pour des fruits dont le prix varie en fonction du calibre, par exemple le pomelo, le prix de chaque calibre est identique pour tous les coopérateurs, ce qui permet de rétribuer équitablement chacun, en intégrant la notion de paiement à la qualité. En clémentine, les précoces, plus délicates à produire - et qui se vendent plus cher - et les livraisons de pleine saison sont considérées comme des productions différentes. Les calculs se font en deux fois afin que la plus value des clémentines précoces retourne en intégralité à ces vergers, de rendement inférieur et plus aléatoire.

Le règlement se fait par paiement d’acomptes sur les volumes livrés, ce qui permet d’attendre la fin de la commercialisation, de noisettes par exemple. Ce délai est nécessaire avant de pouvoir calculer le prix au kilo global et le solde qui sera versé à chaque apporteur, clôturant ainsi sa saison de récolte. Les acomptes permettent aux apporteurs de vivre et de payer les charges liées à la production et à la récolte, notamment les salaires des ouvriers.

Et revenu agricole

Pour autant, les agriculteurs ne sont jamais assurés d’un revenu régulier  :

  • Parce que les volumes récoltés varient tout le temps d’une année sur l’autre. Certaines années, après un gel, une grêle, ils sont parfois quasiment nuls.
  • Parce que les prix du marché varient aussi d’une année sur l’autre en fonction de l’offre et de la demande.

En regardant sur la durée, les prix moyens  à l’expédition - calculés par période de 4 ans pour gommer les fluctuations annuelles - n'ont pas été réévalués depuis 20 ans... voire ont baissé substantiellement (en Corse c'est le cas du citron, et de l'orange, et du kiwi). Même constat bien sûr pour les prix payés aux producteurs. Et ce, en euros (ou francs avant 2002) courants, sans tenir compte de l’incidence de l’inflation.

Prix payé ne doit pas être confondu avec bénéfice. Pour calculer la marge par kg de fruits, l'agriculteur doit encore retrancher de ce prix toutes ses charges (salaires des ouvriers, achat de matériel, remboursements d'emprunts, carburant, etc...) qui elles, n'ont cessé d'augmenter.

Autant dire que revenu des agriculteurs, même en agriculture biologique, ne cesse de diminuer et que la paye des ouvriers agricoles a du mal à dépasser le SMIC.

 

Alimea Alimea Alimea
     

 

Le juste prix des fruits | Rémunération des producteurs et de leurs ouvriers | Ce qu'il y a derrière un prix de vente | Prix et marché mondial
Accueil | Présentation | Démarche | La vie du verger | Les plus | Savoirs | Liens | Plan du site | Contacts
Nos fruits | Leur saison | Fiches imprimables

ALIMEA - Fruits corses issus de l'agriculture biologique - Bravone - F-20230 Linguizzetta - Tél. : 04 95 38 88 74