La vie du verger - Les aléas de la nature et du climat

La vie agricole n’est pas un long fleuve tranquille. Nos vergers sont liés aux excès de la nature et à ses dérèglements (climatiques, invasion de mouche méditerranéenne du fruit,… ) qui prennent leur part de la récolte. De la floraison à la vente, rien n’est acquis d’avance…

 

La pluie diluvienne

Montagne dans la mer, la géographie de la Corse fait sa richesse en eau et l’instabilité de son climat. Les pluies peuvent être diluviennes, notamment en automne alors que la mer est encore chaude et qu’arrivent les premières masses froides. Les précipitations de montagne atteignent très rapidement les cours d’eau et le bord de mer, avec ponctuellement des débordements.

Dans les vergers les inondations sont cause de perte de récoltes (fruits emportés à la mer ou se pourrissant avant maturité), arrachage d’arbres, de l’irrigation, destruction de gués, troncs d’arbres de rivières laissés dans les plantations lorsque l’eau se retire, occasionnant d’importants frais et travaux de remise en état.

Dernière crue importante sur la Bravone le 14 septembre 2006.

L’hiver 2008 a battu tous les records historiques de relevés de pluviométrie, provocant des dépérissements d’agrumes, arbres sensibles aux excès d’eau.

 
 
 
 
 
 

 

Le froid

De fin décembre à février, l’herbe qui pousse sous les clémentiniers est blanche de givre au lever du soleil. Quelques flocons arrivent une à deux fois par hiver à proximité du littoral. Vergers d’avocats et agrumes, palmiers et plantes grasses des jardins s’en acomodent fort bien du moment que le froid reste très bref et ponctuel dans la saison. Aucune incidence du moment que le froid ne s’installe pas de façon durable.

Mais certaines dates ont fait exception : février 1986 : plusieurs dizaines de centimètres de neige et un record de froid (-8° C), nécessitant de recéper tout le verger d’agrumes, et même de remplacer des arbres gelés jusqu'aux racines.

Fin décembre 1996 : chute de neige mouillée, cassant les branches charpentières sous le poids (l'accumulation de neige sur les arbres qui ont toutes leurs feuilles en hiver, peut causer de gros dégâts). Le gel suit immédiatement la neige qui congèle autour des fruits, interrompant net la récolte de clémentines : plus de 50 tonnes de fruits gelés qui ne pourront plus être récoltés.

 

Les bonnes surprises : Redoux  en janvier
Conditions de cueillette plus faciles et
premières asperges sauvages du maquis.

 

 

Présence de sangliers dans les vergers

Les sangliers quittent le maquis lorsqu'ils n'y trouvent plus suffisamment de nourriture.

Ils visitent les noisetiers en troupe lorsque les noisettes sont tombées au sol et peuvent prélever une part non négligeable de la récolte, en particulier les années de sècheresse.

Au plus froid de l'hiver, ils descendent dans les vergers qu'ils labourent, blessant les racines, parfois cassant les tuyaux d'irrigation pour trouver de l'eau.

 
   
 
 

 

Les cératites (Mouche méditérranéenne du fruit)

La population d'insectes est très variable d'une année à l'autre car ils se reproduisent à une vitesse exponentielle mais sont très sensibles à l'environnement (climat, abondance de nourriture... ).

Certaines années, la mouche méditerranéenne du fruits (ou cératite) arrive à des niveaux critiques et peut détruire une part des récoltes de clémentines précoces et pomelos en juillet, malgré la pose massive de pièges.

 
   
Mouche méditerranéenne du fruit (cératite)  
Piège posé sur oranger bio Captures (contenu des boîtiers jaunes)  
 

 

 

L'environnement | Le cycle des saisons | Les travaux des champs | Ce qui fait le goût des fruits | Les aléas de la nature et du climat
Accueil | Présentation | Démarche | La vie du verger | Les plus | Savoirs | Liens | Plan du site | Contacts
Nos fruits | Leur saison | Fiches imprimables

ALIMEA - Fruits corses issus de l'agriculture biologique - Bravone - F-20230 Linguizzetta - Tél. : 04 95 38 88 74